Saison 1 : 34 épisodes* x 4:30 minutes - Durée totale : 135 minutes
*Episodes modulables en 5 chapitres (26 minutes / épisode) ou 9 chapitres (15 minutes / épisode)
 

SYNOPSIS

Paul ne voit plus les couleurs, ni ne supporte la lumière du jour, depuis une maladie contractée à 25 ans. Alors il vit en bas, au-dessous du monde. Paul est gardien de nuit dans un parking souterrain. Chaque soir, il reçoit la visite de voisins, d’inconnus ou d’amis qui viennent se confier à lui et glaner au détour d’un repas alcoolisé, un peu de chaleur humaine. Dans son univers en noir et blanc, une nuit, une voiture passe : elle est rouge. ROUGE. Est-ce signe de guérison ? ou bien cela n’est-il qu’une illusion qui viendrait rejoindre la cohorte de celles qui hantent parfois Paul ?

Genre : Drame, Thriller
Production : Dacor Films
Réalisation : Marc Gibaja, Mathilde Mélèse
Avec : Patrick Azam, Ali Maryhar, Eriq Ebouaney, Adèle Choubard, Julie-Anne Roth, Jennifer Decker, Dominique Bettenfeld, Philippe Nahon, Laetitia Eido, Arsène Mosca, Rebecca Convenant, Yves Massari

Année : 2014
Pays : France
Langue : Français
Cible : 25 – 50
Territoires : Monde entier

HOLLYWEB – EMISSION 56

ILS ONT AIMÉ :

« Les mots justes, de belles images avec peu d’effets, un découpage qui donne aux comédiens l’espace nécessaire pour construire leur personnage avec beaucoup d’émotions… Vous apprécierez forcément « Voix de Garage ». […] Plus que des tranches de vies, les séquences nous font sentir des souffles de vie, comme des courants d’air qui viennent de temps en temps aérer l’univers souterrain et blafard d’un parking »
Joël Bassaget, Libération

« D'abord le noir et blanc, râpeux, lumineux. Sublime. Ensuite les dialogues, tour à tour piquants, raboteux, tendres, burlesques, d'une humanité folle. Parfois juste un visage sculpté dans la pénombre, étourdissant de douceur. Et ce charme indicible qui vous happe d'une scène à l'autre. Une danse échevelée au creux du béton, un bourru à galurin tombé d'un scénar' de Michel Audiard et des gouttes de violoncelle qui glissent sur les images. Du jamais vu à la télé, ni ici ni ailleurs. Il serait temps. »
Sandra Benedetti, L’express / Studio Ciné Live

« Voix de garage fait une entrée fracassante dans l'univers pourtant déjà riche de la série télé. Une esthétique du noir et blanc soignée comme dans la cinéma indépendant, un ton joyeux et dérangeant, une thématique poétique comme la photographie des débuts, chez Atget par exemple. Résultat : un vent frais de beauté et d'insolence, loin des chemins battus, en guerre avec les clichés et les contraintes du médium télévisuel, à savourer au choix à petites gorgées ou à travers un long cul sec. »
Vincent Colonna, auteur de L’art des séries, Payot